LE POPULISME : MALADIE, SALUT OU MOMENT CRITIQUE DE LA DÉMOCRATIE

Notre dîner-débat du 13 mai a porté sur :

« LE POPULISME :  MALADIE, SALUT

OU MOMENT CRITIQUE DE LA DÉMOCRATIE »

Nous avons reçu Federico TARRAGONI, agrégé de sciences sociales, maître de conférences en sociologie, directeur du Centre de recherches interdisciplinaire sur le politique (CRIPOLIS) à l’Université Paris 7- Denis Diderot.
Le thème du populisme est au cœur de ses travaux de recherche. Il nous fera part de son analyse, qui détonne avec ce qu’on entend ou lit souvent dans les médias. Il insistera particulièrement sur la place du populisme dans l’Europe d’aujourd’hui.

L’invité du club était le lundi 13 mai, Federico Tarragoni, directeur du centre de recherche interdisciplinaire sur le politique (CRIPOLIS)de l’université de Paris VI-Denis Diderot.

Le choix du thème était en résonnance tant avec l’actualité nationale, européenne et internationale qu’avec la vocation de l’association, comme l’a souligné Paul Quilès dans son introduction. Le populisme est en effet invoqué chaque jour par les commentateurs ou les acteurs de la vie politique un peu à tort et à travers, d’où la nécessité d’une clarification.

L’orateur a d’abord affirmé qu’il partageait le constat de l’absence de rigueur dans l’utilisation du concept (style politique ou manière de bâtir la démocratie ?). Puis il a proposé une méthode fondée sur l’analyse historique, à partir des expériences russe et nord-américaine au 19° siècle et, plus longuement, aux expériences sud-américaines et singulièrement au perronisme.

De ces références historiques ressortent quelques tendances fortes : le populisme caractérise des moments de crise de la démocratie pouvant déboucher soit sur l’autoritarisme soit sur une démocratie plus juste. Ce qu’on dénomme à tort populisme de droite est en réalité soit un nationalisme souvent teinté de xénophobie, soit la démagogie pure et simple. Le populisme de gauche est animé par une volonté de rénovation de la démocratie et imprégné de valeurs sociales

Les expériences historiques permettent de dégager un tronc commun qui répond à la recherche d’une définition précise : le populisme est dans cette approche une idéologie de radicalisation de la démocratie qui apparait en période de crise des démocraties libérales et pour une durée limitée.

Sur la base de cette présentation énoncée en deux temps, un débat a eu lieu à la fois pour confronter cette approche à des situations contemporaines et pour chercher à préciser le concept. S’agissant de la qualification de « maladie » que bon nombre de participants avaient à l’esprit, l’orateur l’a rejetée.

Il sera possible de revenir sur l’ensemble de ces thèmes en lisant l’ouvrage que Federico Tarragoni s’apprête à faire paraitre aux éditions La découverte sur « l’esprit démocratique du populisme », formulation qui ne manque pas de nous interpeler…. Le sujet sera certainement au cœur du colloque d’une journée que notre club est en train de préparer pour le mois d’octobre prochain et qui portera sur l’avenir de la démocratie.

___________________________________________

* Un des participants nous a fait part après le débat de sa frustration par rapport à ses attentes. Il aurait souhaité des réponses plus précises à des questions telles que : Qu’entend-on en qualifiant quelqu’un de populiste ? Quel serait le sens réel d’une telle dénomination ? Quelle est la dérive qui consiste, à des fins polémiques, à traiter un adversaire politique de ‘’populiste’’ ? Il propose à cet effet la lecture du livre de Jan-Werner Müller – « qu’est-ce que le populisme ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *